On a testé pour vous… les respounchous!

Des respounchous? mais qu’est ce que c’est que cette bête-là? Le respounchous ou tamier commun de son autre nom pousse au bord des bois et dans les talus au début du printemps, Souvent confondu avec l’asperge sauvage il n’en a pourtant pas le goût, étant plus amer… Mais wikipédia en parle bien mieux que moi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dioscorea_communis.

Image

Armés de poche et de chaussures de marche, nous avons donc suivi nos guides (des aveyronnais bien sûr…) pour partir à la chasse-cueillette des respounchous… ce fut une chouette ballade malgré un temps maussade pour cette après-midi du 1er mai… Mais au moins, le repas du soir était tout trouvé…

Image

( ces deux premières photos ne sont pas de moi, mais trouvées sur internet pour vous montrer à quoi ressemblent les respounchous à l’état sauvage! 😉 j’ai omis de faire des photos pour ma part…).

Prévenus que nous étions de l’amertume des dits respounchous, nous les avons blanchis seulement 1 à 2 minutes dans de l’eau bouillante après les avoir soigneusement lavés. Il paraîtrait qu’en le faisant plus ils seraient encore plus amers.

Image

J’ai ensuite choisi deux versions parmi les nombreux modes de préparation trouvés sur internet : la version salade et la version oeufs brouillés.

Respounchous en salade:

– des respounchous blanchis (pardi…)

– une sauce vinaigrette préparée à base d’un vinaigre un peu sucré: pour moi du vinaigre au sureau qui c’est révélé parfait mais du balsamique doit très bien faire l’affaire

– on peut ajouter en accompagnement: de petits lardons, des croutons de pain, des œufs mollets… etc.

Image

Verdict: dans cette version, on sent bien la douce amertume des respounchous mais c’est loin d’être trop fort. Un vinaigre plutôt sucré agrémente très bien et permet de contre-balancé l’amertume.

Oeufs brouillés aux respounchous:

– toujours des respounchous…

– 2 œufs par gourmand

– 1 cuillère à soupe de crème fraîche par personne

– un peu de sucre

– huile d’olive

– sel, poivre

Faites revenir les respounchous préalablement blanchis dans l’huile d’olive saupoudrés d’un peu de sucre pour casser l’amertume.Personnellement j’ai préféré les tronçonner un peu…

Imagel

Cassez les œufs dans un saladier, ajoutez-leur la crème, le sel et le poivre puis versez le mélange sur les respounchous.

Image

Faites cuire selon votre goût. Dégustez!

Image

Verdict: dans cette version, on ne sent pas du tout l’amertume des respounchous mais ils donnent un petit goût très agréable aux œufs brouillés.

Image

Finalement; les aveyronnais on peut-être raison de leur courir après, le goût est plutôt intéressant et ces deux versions s’accordent très bien dans l’assiette… si j’en retrouve sur mon chemin, je me laisserai sans doute tenter par un test d’une version risotto…

Publicités

Une plongée au fond des placards… pour un soir de semaine!

La cuisine des soirs de semaine et celle des fonds de placards se confondent souvent… il est vrai qu’en semaine, on n’a souvent moins de temps pour préparer le repas et que l’on utilise plus facilement des produits dits basiques.

Cette recette, c’est celle d’un cake au thon! une recette que je réalise depuis déjà longtemps et qui me plait toujours autant. Simple, moelleuse, aussi bonne chaude que froide (en plus du soir de semaine, elle peut aussi très bien s’adapter au pique-nique ou à l’apéro dînatoire à la bonne franquette)… elle a tout bon, surtout revisitée avec de la farine aux céréales et aux graines et du comté râpé plus goûteux que l’emmental.

Cake au thon et aux céréales

pour 6 personnes:

– 1 boite de thon (environ 300 g)

– 100 g de comté râpé

– 100 g de farine aux 7 céréales et aux 7 graines

– 3 œufs

– 10 cl de lait

– 10 cl d’huile

– 1 sachet de levure chimique

Égouttez le thon puis émiettez le grossièrement.

Mettez la farine dans une terrine. Creusez un puits et cassez-y les œufs entiers. Mélangez jusqu’à obtenir une pâte lisse.

Délayez peu à peu avec le lait puis avec l’huile.

Incorporez la levure, le thon émietté, puis le comté râpé. Salez et poivrez.

Beurrez un moule à cake. Versez la préparation et laissez cuire 40 minutes à 180°C.

Image

Et voilà, un cake doré à souhait… qui sera parfait avec une petite salade.

Image

Pour un brin de chaleur… du poulet coco épicé!

En cette période grisonnante, un peu de soleil réchaufferait bien l’esprit. Pour réchauffer le corps, j’ai opté pour un peu d’épices et de lait de coco… Un voyage dans l’espace et les saisons… (bon j’avoue j’ai utilisé pour l’occasion quelques tomates même si c’est très loin d’être la saison… :-S ).

Poulet coco aux épices

pour 2 personnes:

– 2 filets de poulets jaunes

– 3 tomates

– 1 oignon

– 2 gousses d’ail

– curcuma

– curry

– tabasco

– une petite boite de lait de coco

– sel, poivre

– persil

Détaillez les filets de poulet en morceaux d’environ 3 cm de côté. Faites les revenir dans la cocotte puis réservez-les.

Émincez l’oignon, faites-le dorer dans un peu d’huile d’olive dans la cocotte, puis rajoutez le curcuma, le curry et l’ail écrasé.

Ajoutez les tomates coupés en petits morceaux. Salez, poivrez. Laissez revenir le tout jusqu’à obtenir une sauce. Ajoutez le lait de coco et quelques gouttes de tabasco (selon votre convenance…).

Faites mijoter quelques minutes puis ajoutez les morceaux de poulet. Laissez cuire une dizaine de minutes à feu doux. A la fin ajoutez quelques brins de persil.

Image

Servez avec du riz blanc.

Image

Image

Pour une soirée festive… 2ème partie!

Pour poursuivre le repas je vous propose un plat, presque aussi simple à réaliser que les huîtres d’hier. (j’avoue la bûche qui a suivi lors du repas était elle moins simple mais que ne ferait-on pas par gourmandise… je vous donnerai la recette bientôt, elle peut très bien s’adapter à la façon d’un entremet!).

Pour ce plat, nous avons décider (oui, nous… à fête de famille, plat familial!) de « revisiter » un peu le canard en nous inspirant des nems de canard confit du chef du restaurant Moutarde de Périgueux, Marc Langer qui l’avait présenté à la radio. Comme notre entrée faisait la part belle aux épices nous avons choisi de modifier un peu sa version, en remplaçant les épices par des pommes vertes et de l’orange… pour un peu de fraîcheur acidulée…

Nems de canard confit et mesclun à l’huile de sésame

pour 4 personnes:

– 4 feuilles de filo

– 2 cuisses de canard confites

-1 carotte moyenne

-1/2 poireaux

– 1/2 navet long

– 1/2 pomme verte (type granny smith)

– 1 orange

– curcuma (un peu tout de même!)

– Huile neutre (type colza ou pépin de raisin)

– Huile de sésame grillé pour cuisson et vinaigrette

– 200g de mesclun (mélange de salade jeune pousse)

Préchauffez votre four à 180°C.

Prélevez le zeste de l’orange. Effilochez les cuisses de canard. Faites revenir le tout dans un peu de graisse de canard avec le curcuma. Puis arrosez d’un peu de jus d’orange (en fonction de votre goût).

Image

Réalisez une julienne de légumes et de pomme, faites revenir doucement les légumes dans une poêle avec l’huile de sésame, ils doivent rester croquants!

Image

Mélangez les deux préparations puis répartissez les sur les feuilles de filo préalablement huilée avec l’huile neutre. Pour pouvoir réaliser facilement les nems, il ne faut pas être trop généreux, juste ce qu’il faut! Puis commencez à roulez les nems, au quart des feuilles rabattez les bords pour fermer les nems puis poursuivez la manœuvre.

Placez ensuite les nems dans un plat allant au four.

Image

Faites cuire les nems au four pendant une 20 aine de minute en les retournant à mi-cuisson.

Pendant ce temps (si ce n’a pas été fait avant), préparez le mesclun et sa vinaigrette. Marc Langer précise qu’il vaut mieux mélanger l’huile de sésame avec une huile classique pour atténuer son goût marqué.

Image

Disposez ensuite un peu de mesclun sur les assiettes et servez avec un nem. S’il vous reste de la préparation vous pouvez en disposer avec le mesclun.

Image

Image

Que ça croustille… pour la battle food #13!

Un nouvel épisode de la jolie battle food créée il y a déjà plus de 13 mois par Carole de Sunrise over sea!

Ce n’est que la troisième participation pour moi, mais je me prends déjà bien au jeu! Cette fois, Est-ce-t-elle de Impromptu sur des folies culinaires a envie que les panés croustillent dans les assiettes!

Image

J’ai eu l’occasion de réaliser une recette « croustillantes » pour un repas dont je vous avez déjà parlé (celui des -déjà- 6 mois…), je l’ai donc mise de côté jusqu’à aujourd’hui, bien que ça me démangeait fort de vous la présenter!

Rouleaux de veau au champignons panés et champignons de Paris farçis

pour 2 jeunes mariés ( 😉 ) :

– 2 fines escalopes de veaux

– 250 g de champignons de Paris de taille moyenne

– 100 g d’allumettes de bacon

– 1/2 oignon

– quelques amandes émondées

– 10 cl de crème fraîche

– farine

– 1 oeuf

– chapelure

– graines de sésame

– sel, poivre

( farce pour les champignons: pour moi, un reste de risotto potimarron, lentilles, riz)

Nettoyez les champignons de Paris (personnellement, je les pèle après avoir retiré le pied). Conservez 6 jolies têtes entières, émincez le reste. Farcissez les têtes puis disposez-les dans un plat allant au four, réservez.

Image

Émincez l’oignon puis faites le dorer dans une poêle, ajoutez ensuite les champignons de Paris émincés et les allumettes de bacon. Faites revenir le tout puis ajoutez la moitié de la crème. Dans une autre poêle faites revenir les amandes. Ajoutez-les ensuite au mélange bacon-champignons, passez le tout au mixeur mais pas trop il doit rester des morceaux! Salez-poivrez selon votre goût.

Détendez les escalopes de veau, rendez-les un peu plus fines à l’aide d’un rouleau à pâtisserie si besoin. Étalez la crème de champignons-bacon-amandes. Il doit vous en rester un peu…

Image

Roulez les escalopes sur elle-même selon le côté le plus petit.

Image

Réalisez des papillotes de papier aluminium. Puis mettez-les à cuire au cuit-vapeur pendant 20 à 30 minutes. Pour vérifier la cuisson planter un cure-dent à travers les papillotes, ce doit être moelleux!

Pendant ce temps, mettez les champignons farcis au four à 180° pour 15-20 minutes. Dans le mélange champignons-bacon-amandes restant ajoutez le reste de crème puis passez le tout au mixeur, cette fois-ci finement. Réservez dans une casserole pour réchauffer au moment de servir.

Une fois le veau cuit, passez-le dans la farine, puis dans un œuf et enfin dans la chapelure.

Faites dorer les roulés dans une poêle où vous aurez mis un peu d’huile neutre.

Image

Coupez les extrémités, puis coupez en deux de manière oblique.

Disposez dans l’assiette de service avec 3 champignons farcis et un filet de sauce.

Dégustez tant que c’est chaud!

Image

Image

Image

Et parce que la battle food ne nous donnerait pas tant l’eau à la bouche si nous n’étions pas aussi nombreux à nous laisser tenter, la liste des participants:

parfaimdaromes – lagodiche – gourmandises-et-bavardages – epicesetmoi – once-upon-a-cook – regaleries – leblogdepouce – delicescookies – lacuisinedesof – agoodcookingday – cuisinedemma – dansmapetitecuisine – sunriseoversea – manouchoux – histoiresdefruit – casserolesetclaviers – cooksmopolitan – radisrose – cherrycherieleblog – framboises-et-bergamote – doriannn – familyscook – monampersand – happyfoodblog – infinimentcuisine –cookingsbubble – floencuisine – lealiola – chezrequia – marineiscooking – lacuisinedannaetolivia – emilieandleassecrets – sokeen – samkonait – lornithorynquechafouin –  chichichoc – cook-with-love – Julie Remacle – lesrecettesdejuliette – delapeauaunoyau – ciliaetseshobbies – bistrodejenna – gourmetetgourmand –  safrangourmand – petitsplatsgeek – happy2cook – boucheabouches – clickcookandtaste – alatitecuillere – lesmidinettes –mesptitsplatsdanslesgrands

De la tradition culinaire française… une blanquette de veau (et une soupe gratinée)!

Cela faisait longtemps que je tournais autour de la recette de la blanquette de veau. Pas de tradition familiale autour de cette recette, chez moi on est plus sauté de veau que blanquette, mais tout de même, elle me faisait de l’œil! J’ai sauté le pas le weekend dernier en faisant un mélange de toutes les recettes sous la main (internet, livre de cuisine ancien… etc), pour le plaisir de la famille! Un vrai régal avec sa sauce, juste citronnée comme il faut et sa viande bien moelleuse! J’en ai retenu un adage, comme dans le pot-au-feu pour que la viande soit bonne préférez l’eau bouillante (sinon pour une bonne soupe, de l’eau froide).

Blanquette de veau

pour 5 personnes:

– 900 g de veau (pour le morceau, c’est une bonne question, j’ai lu épaule de veau dans certaines recettes, je me suis contentée de faire confiance à mon boucher, il me l’a même débité en morceaux de 4 cm sur 4 cm environ)

– 4 carottes (j’avais envie de légumes, en vrai il n’y en aurait qu’une…)

– un oignon

– un clou de girofle

– bouquet garni (pour moi, laurier et sarriette)

– 250 g de champignons de Paris frais (dans quoi classe-t-on en nutrition les champignons?)

– une cuillère à soupe de farine

– 35 g de beurre

– le jus d’un demi-citron

– un jaune d’œuf

– persil

– sel, poivre

Faites suer la viande dans la cocotte et un peu de beurre (juste le temps de le dire,la viande ne doit pas colorer). Réservez la viande à part.

Préparez le bouillon dans la cocotte: eau, bouquet garni et oignon où le clou de girofle sera planté, assaisonnez. Lorsque le bouillon bout, rajoutez la viande (c’est à ce moment l’histoire du bouillon bouillant! 😉 ). La viande doit être baignée totalement dans le bouillon.

Laissez cuire pendant 45 minutes au moins.

Préparez la sauce: faites un roux avec le beurre que vous saupoudrez de la cuillère à soupe de farine. Puis délayez avec deux louches du bouillon de cuisson de la viande. Laissez épaissir sur feu doux. Assaisonnez.

Émincez les champignons de Paris. Faites-les revenir dans un peu de matière grasse. Puis ajoutez-les à la sauce.

Battez le jus de citron avec le jaune d’œuf.

Égouttez la viande et placer là dans un plat creux. Rajoutez le mélange citron-œuf à la sauce puis versez le tout sur la viande. Parsemez de persil.

Image

Savourez aussitôt avec du riz basmati!

Image

Avec le bouillon restant j’ai réalisé une soupe gratinée: j’ai retiré bouquet garni et clou de girofle, j’ai mixé bouillon et l’oignon. J’ai utilisé des tranches de pain rassi que j’ai baigné de bouillon et recouvert de parmesan râpé et hop au four à 180°C pour une 20 aine de minutes!

Image

On a testé… l’œuf parfait!

En ce moment nous avons pris l’habitude (bonne ou mauvaise…) de bruncher assez souvent… C’est toujours un moment agréable. Pour changer un peu des traditionnels (mais délicieux) œufs brouillés j’ai eu l’idée de tester l’œuf parfait. Cet œuf cuit longtemps à basse température… j’ai sorti ma thermosonde et nous nous y sommes mis à deux. Monsieur a géré la cuisson de l’œuf et je me suis occupée de réaliser les tartines: pains aux céréales grillé, caviar d’aubergine et petits poivrons confits.

Œuf parfait

pour deux personnes:

– 2 œufs

– une casserole d’eau salée et c’est tout! (enfin si la thermosonde).

Plongez les œufs dans l’eau à température constante de 60°C pendant 10 minutes en les remuant régulièrement.

Ça c’est ce que dis la recette que j’avais trouvé, dans la vrai vie, quand on a cassé le premier œuf, le blanc était toujours totalement transparent. Du coup, on les a replongé dans l’eau un peu plus chaude autour de 65°C pour bien 10 minutes de plus.

Ensuite on les a écaler directement au dessus des tartines: le blanc était juste cuit, fondant à souhait et le jaune bien coulant! C’était très bon mais c’est clairement moins facile à réaliser que les œufs brouillés… il faut rester sans arrêt avec la thermosonde. Connaissez-vous une recette plus claire? je suis preneuse!

Image

Image

Image

Sinon, j’ai re-testé les Croissants! mais cette fois avec de la levure fraîche, en laissant le feuilleté un peu plus épais (et même en les congelant et en les laissant décongeler toute une nuit, c’est magique, le lendemain ils sont prêts à cuire!). Ils étaient parfaits cette fois!

Image

Image